Je veux écrire un livre

C’est simple, non? Il suffit de disposer de papier et d’un stylo. Ou d’un clavier et d’un écran. Et d’un sujet. Mais la fin, faut-il savoir la fin avant d’écrire? Dans ce cas il faut une structure. Comment fait-on un plan, comme on a appris à l’école ? Et les personnages, les décrire au fur et à mesure qu’ils surgissent? Et les lieux? Il faudra les connaître pour les restituer. Mais comment savoir ensuite si ce qu’on a écrit est valable? Comment trouver des relecteurs? Un éditeur? Non, ce n’est pas simple d’écrire un livre. Et pourtant, au moins 130 millions d’ouvrages ont été publiés depuis l’invention de l’imprimerie, selon les algorithmes de Google ; on en publie plus de 80.000 par an en français et ce nombre augmente régulièrement. En 2013, France culture intitulait une émission : «Demain 65 millions d’écrivains?» Oui, écrire un livre est accessible à tous. D’autant plus qu’on peut s’auto-éditer et vendre son oeuvre sur le web. Mais pas de miracle : c’est du travail. Au moins autant d’effort et d’organisation que de talent ou de désir d’écrire. C’est planifier son temps, définir le cadre, se documenter, structurer, réécrire. C’est offrir un terrain favorable à l’inspiration.

  • Par où commencer ?
  • Comment m’organiser ?
  • Comment structurer ?
  • Les clés du roman ?
  • Comment trouver l’inspiration ?

Vous disposez d’un formidable outil : votre cerveau. Selon les estimations, il génère 1’000 à 2’500 pensées par heure. Chacune d’entre elles peut être décrite, expliquée, rédigée. La plupart ne vont pas trouver place dans votre livre, mais il y en aura bien assez pour nourrir votre livre.